jeudi 17 septembre 2009

Agone 41 et 42 « Les intellectuels, la critique & le pouvoir »





Agone 41 et 42
« Les intellectuels, la critique & le pouvoir »
Coordination Thierry Discepolo, Charles Jacquier & Philippe Olivera

L’« intellectuel » serait forcément « de gauche » ; il œuvrerait « naturellement » au seul service des dominés ; surtout, son action serait désintéressée. Quelques rappels historiques écornent vite cette belle image ; surtout ils montrent comment ont changé les valeurs au nom desquelles on s’« engage » pour quelles « nobles causes ». Un peu d’actualité montre combien les fonctions remplies sont toujours plus publiquement rentables.
Ce recueil revient sur les rôles qui ont porté certains intellectuels au cœur de mouvements de libération, qui n’ont parfois libéré qu’eux-mêmes, au sein d’une lutte des classes dans laquelle ils n’ont souvent jamais que changé de camp.



SOMMAIRE

Orwell et la dictature des intellectuels James Conant
Traduit & présenté par Jean-Jacques Rosat
Pour Orwell, le rapport des systèmes totalitaires aux « vérités » se limite à truquer les statistiques, trafiquer les photos et modifier les manuels d’histoire. Dans l’Angsoc de 1984, en revanche, ces pratiques deviennent une seconde nature et sont légitimées par les intellectuels. Conant met en évidence le « scénario totalitaire » de la formation des croyances, où ce qui rend un énoncé vrai ou faux n’est pas sa comparaison avec la réalité ou avec les faits mais sa conformité ou non avec le système de règles en vigueur dans une communauté donnée. Ce qui a pour conséquence majeure de justifier par avance tous les cynismes et toutes les manipulations : il devient impossible de concevoir pour les intellectuels un autre rôle que celui de produire les normes de « vérité » qui assureront leur domination sur les esprits.

Le rôle de l’intelligentsia au sein des partis politiques marxistes
Introductions aux analyses de Makhaïski, Jean-Pierre Garnier
Présentation par Charles Jacquier
— Anciens et nouveaux maîtres (1905)
— Sur les intérêts de classe de l’intelligentsia (1898)
Ce qui surprend le plus dans les thèses de Makhaïski, c’est leur extraordinaire actualité. Dès le début du XXe siècle, en effet, celui-ci décèle dans le socialisme « l’idéologie d’intellectuels qui tirent avantage de la position charnière qu’ils occupent au sein de la société capitaliste – par le contrôle de la production et la gestion de l’économie – ainsi que de leur monopole des connaissances, pour tenter de s’ériger en nouvelle classe dominante. Cette classe ascendante de capitalistes du savoir serait limitée dans ses visées par le cadre étroit du capitalisme traditionnel et se servirait donc de la cause ouvrière afin de promouvoir ses propres intérêts ». Les décennies qui suivirent allaient confirmer le bien-fondé de cette thèse.

Ante Ciliga & la nouvelle classe dirigeante soviétique
Présentation par Charles Jacquier
— « Se peut-il que toi aussi, Lénine, tu aies préféré la bureaucratie victorieuse aux masses vaincues ? »
Ce texte revient sur « l’énigme de la révolution russe », que Ciliga définit sous la forme d’une question : « Comment a-t-on réussi à abolir en fait tout ce qui constitue la révolution d’octobre tout en conservant les formes extérieures ; à ressusciter l’exploitation des ouvriers et des paysans sans rétablir les capitalistes privés ni les propriétaires fonciers ; à commencer une révolution pour abolir l’exploitation de l’homme par l’homme et à la terminer en instaurant un type nouveau d’exploitation ? » La réponse à cette question se trouve dans la place prépondérante qu’y tint une intelligentsia cristallisée en bureaucratie de parti comme nouvelle classe dirigeante du capitalisme d’État.

Une critique prolétarienne de la bureaucratie révolutionnaire. Les analyses de Bruno Rizzi
Présentation par Charles Jacquier
Textes traduits de l’italien par Miguel Chueca
— À propos de « La Circulaire », Paolo Sensini
— La Circulaire (1950), Mario Mariani & Bruno Rizzi
— Étudiants & ouvriers (1968), Bruno Rizzi
Soucieux des exigences d’une réelle émancipation, Bruno Rizzi a poursuivi sa « critique prolétarienne de la bureaucratie soviétique » avec celle du « Parti », incarnation de la raison dans l’Histoire, contre lequel on ne pouvait aller, sauf à se condamner à l’inexistence. Aux côtés de l’écrivain Mario Mariani, il questionne la bureaucratie des partis « révolutionnaires », qui transformait des organisations censées lutter contre le capitalisme et la société dominante en instrument d’oppression des masses qu’elles prétendaient représenter grâce à la coupure entre dirigeants et simples militants et l’imposition d’un ordre hiérarchique et centralisé : le dévouement de la base permettait au sommet de tirer les marrons du feu, que ce soit pour perpétuer ses habitudes ou s’imposer dans des circonstances favorables.

Régis Debray, « Maître ès renégats ». Exercice d’admiration Thomas Didot (et Guy Hocquenghem)
Il est sans doute peu de mots aussi étrangers à une personnalité d’exception comme Régis Debray que celui de « conviction ». Et même quand il recopie un poncif comme « Les meilleurs penseurs sont ceux qui pensent contre eux-mêmes » (Le Scribe), c’est pour en faire le contraire d’un appel au doute. Chez quelqu’un d’aussi (bien) élevé, « penser contre soi-même » est un blanc seing que s’offre le joueur pour anticiper les fluctuations du baromètre des positions. Quelle cause Debray n’a-t-il pas trahie, au nom de laquelle il a obtenu que lui soit fourni un marchepied, qu’il laissera bientôt pour un autre ? La seule pour laquelle il court : lui-même. Ajoutons donc la gratitude aux louanges pour la démonstration qu’il nous offre : révéler les intentions de ceux qui servent et se servent des individus de son espèce.

Sollers tel quel Pierre Bourdieu
Suivi de Faits & gestes. Cursus honorum sollersien (1957–2007) Philippe Olivera & Thierry Discepolo
Ce type d’exercice a toutes les chances de recueillir, d’un côté, l’accusation de flicage vulgaire et de misérable acharnement qui passe à côté de l’essentiel : l’œuvre d’un immense écrivain français ; et de l’autre, des soupirs de lassitude devant la vanité d’une énième dénonciation qui ne va convaincre que les convaincus. Mais entre ces deux pôles se trouvent la plupart d’entre nous : ceux qui, contemplant du haut de cette chronologie le demi-siècle de nuisance que constitue le plan de carrière de Sollers, vont en prendre toute la mesure. D’une remarquable entreprise d’abolition de toute forme de cohérence comme de la manière dont on fait fructifier les placements symboliques et financiers. Et comment le plus honorable et le moins respectable se côtoient publiquement au plus grand bénéfice réciproque.

François Furet entre histoire & journalisme (1958–1965) Michael Scott Christofferson
Traduit de l’anglais par Françoise Jaouën
La nouvelle position de Furet comme provocateur aux marges de la gauche socialiste est renforcée par l’évolution de ses rapports avec le PCF qui résulte de la publication de La Révolution française. Certes, ce n’est pas la première fois que Furet critique le PCF et ses intellectuels, mais il le faisait autrefois sous un pseudonyme. En dévoilant son identité en 1965, Furet met vraiment un terme à l’épisode communiste de son parcours personnel. Avec La Révolution française, il amorce un tournant décisif, devient un historien révisionniste de la Révolution et se tourne vers la gauche centriste libérale en exploitant la nouvelle configuration du champ intellectuel et court-circuitant la caution universitaire, au fondement de la réputation de ses pairs. Ce chamboulement de l’historiographie révolutionnaire ne sera pas sans conséquence, y compris jusqu’à nos jours.

Genèse sociale de Pierre Rosanvallon en « intellectuel de proposition » Christophe Gaubert
Alors qu’il n’est plus très éloigné de sa chaire au Collège de France, Pierre Rosanvallon déclarait qu’au milieu des années 1970 il voulait déjà réaliser « un travail intellectuel original et de fond ». Depuis lors, il s’est illustré par des publications à tonalité mi-pédagogique, mi-thérapeutique ; et il s’honore d’être reconnu pour une « œuvre » qui, lui ayant coûté de longues heures de fréquentation de la Bibliothèque nationale, délivre au lecteur une prose sentencieuse sur le destin de « nos démocraties ». Ce mélange contribue à expliquer son succès sur le marché scolaire et sur le marché intellectuel de grande diffusion, qui allait lui permettre de promouvoir la figure de l’« intellectuel de proposition » contre la figure de l’« intellectuel critique ».

Radical, chic, et médiatique Adam Garuet
Il y aurait consensus sur le fait qu’une vague de penseurs allant d’Alain Badiou à Toni Negri en passant par Slavo Zizek, Giorgio Agamben et Alain Brossat participe à relégitimer la violence politique. Comment expliquer la bienveillance des journaux pour cadres branchés à leur égard ? Si les marques d’un élitisme prétentieux n’ont pas été relevées chez ces intellectuels radical-chic, c’est parce qu’il est au principe de l’attirance des lecteurs à qui s’adresse d’ordinaire ce genre de produit. Leur tendance à l’emphase est donc ajustée aux attentes des journalistes moins parce qu’elle rencontre leur goût de la subversion que parce qu’elle comble leur souci de distinction. C’est ainsi que les postures radical-chic communient dans le rejet des questions de stratégies et des formes traditionnelles de lutte politique.

Sur la fonction de deuxième et de troisième couteaux (de poche)
À propos de l’« intellectuel de Région » Thierry Fabre, de Jérôme Vidal et de sa « puissance d’agir », de Pascal Blanchard en « free lance researcher »
Camille Trabendi
Ce texte désigne « des personnes pour autant qu’elles sont la personnification de positions ou de dispositions génériques ». Et ceci dans le but de rendre « difficiles certaines formes de terrorisme ». Et d’abord celle du débat « démocratique », où tout conflit d’intérêts est réduit à un jeu sans enjeux d’opinions contradictoires, qui n’engagent pas plus leurs auteurs (autorisés) que la mise en pratique de leurs idées (autorisées). Mais ce texte ne prétend à aucune grandeur, voulant au contraire donner à l’attaque ad hominem ses lettres roturières. Et ce pour substituer au désenchantement proverbialement attaché à la critique radicale l’optimisme qu’offrent les satisfactions de l’efficacité.

Sur la responsabilité sociale du savant Alexandre Grothendieck
Introduction par Charles Jacquier
Si quelques faibles « esprits forts » ont pu gloser sur la folie d’un personnage hors norme, aux yeux du mathématicien Grothendieck, le militantisme est avant tout un engagement existentiel pour un véritable changement social au profit du plus grand nombre et dont il faut payer le prix. Pour lui, le savoir est un instrument à mettre au service de tous. Cet engagement est donc tout sauf un moyen détourné de « faire carrière » et, après quelques excès de jeunesse aisément pardonnables aux fils et filles de bonne famille, de rentrer dans le rang, auréolé de ces hauts faits, ressassés ad nauseam, par ceux pour qui la culture n’est que la forme la plus achevée de la distinction sociale et la carte d’accès au monde des dominants.

« Dire la vérité au pouvoir au nom des opprimés » Gérard Noiriel
Entretien par Thierry Discepolo & Philippe Olivera
J’ai essayé de montrer que l’espace public s’était construit à la fin du XIXe siècle grâce aux moyens de communication de masse, qui fabriquent le « sens commun » politique parce qu’ils touchent le plus grand nombre. Les affrontements entre « intellectuels de gouvernement » et « intellectuels critiques » sur valeurs républicaines vs racisme républicain illustrent à mes yeux le fait qu’ils peuvent polémiquer parce qu’ils parlent un langage commun, qu’ils ont emprunté au champ politico-journalistique. Il en va de même pour la question raciale : ce ne sont pas les intellectuels qui ont joué le rôle déterminant dans l’« ethnicisation du discours social » mais les grands médias. Le rôle de l’« intellectuel spécifique » est de « déconstruire » ces catégories de façon à laisser aux citoyens d’autres possibilités d’affiliation, de revendication.

« Le philosophe, les intellectuels, la presse et le citoyen » Jacques Bouveresse
Entretien par Thierry Discepolo
J’ai toujours eu du mal à comprendre la façon dont, à l’époque que l’on peut appeler celle du « Tout est politique », la politique a pu être acceptée et fonctionner, pour une bonne partie du monde intellectuel, comme une sorte de théologie de remplacement. Il est particulièrement difficile, pour un intellectuel qui croit à l’importance de vertus comme l’honnêteté intellectuelle et une certaine sensibilité à la vérité, et qui est épris de clarté et de précision, de prendre réellement au sérieux la politique, tellement le langage politique et la pratique politique donnent à première vue l’impression de représenter en permanence à peu près le contraire exact de cela : l’équivoque, la duplicité, le mensonge, l’approximation, le vague, la rhétorique creuse et, dans bien des cas, le non-sens pur et simple.

Le constructivisme comme outil de pouvoir aux mains des intellectuels Jean-Jacques Rosat
Le succès du constructivisme de la connaissance parmi les intellectuels tient au fait qu’il leur donne du pouvoir. D’abord à l’intérieur du monde académique : si vous affirmez que telle théorie en physique ou en biologie doit la reconnaissance dont elle jouit non à sa vérité mais à divers facteurs sociaux et historiques que vous vous faites fort d’exhiber, vous assurez la supériorité de votre discours sur les sciences en question sans avoir besoin de rien en apprendre sérieusement. Ensuite du pouvoir tout court, dans la vie sociale et politique, en tant professionnel de l’usage du langage : s’il n’y a pas de faits et pas de réalité objective susceptible de constituer un régulateur pour ce que nous disons, qui pourrait encore imposer des limites à la rhétorique et au pouvoir des mots ? Et à ceux qui détiennent le pouvoir sur les mots.

Vous avez dit « anti-intellectualisme » ? Philippe Olivera
Comme le relèvent Julliard et Lindenberg, la question qui se joue autour de ce qu’ils appellent « les anti-intellectualismes » est celle des « prétentions illégitimes des clercs au pouvoir temporel » – tout savant quittant sa tour d’ivoire tombera sous le coup de l’accusation de faire carrière dans le monde. On comprend alors l’intérêt de distinguer les « péchés véniels » des intellectuels épinglés par un Péguy – en l’occurrence Durkheim ou Lavisse, pour leur compromission avec l’appareil d’État de la IIIe République – et les « péchés mortels » des intellectuels compromis dans l’aventure « totalitaire » (indistinctement fasciste ou communiste) : se placer soi-même du côté du « véniel » ; mais aussi suggérer que tout acharnement contre les premiers cache mal une volonté inavouable d’excuser les seconds..

(Auto-)dérision Alain Accardo
Présentation de Thierry Discepolo
— Sur l’action politique du Penseur critique
— Mettons-nous autour d’une table !
Notre monde est désormais un vaste salon où l’on cause, le règne du débat permanent. On débat à deux, à cent, à dix mille, en face à face ou par médias interposés ; on parle de tout, de rien, pour un oui, pour un non, on dit une chose et son contraire, on noie le poisson, on subtilise, on alambique, on quintessencie, on sophistique, on nuance, on dialectise, on disserte et on dissèque, on jargonne, on charabiase, on pilpoulise, on escobarde et on babélise, à l’infini, à perte d’haleine, à perte de sens, on parle pour parler, on parle pour se faire voir plus encore que pour se faire entendre, on parle surtout parce qu’on n’a rien à dire, pour éviter de penser, pour éviter qu’il y ait « un blanc » pendant lequel, qui sait, on pourrait se remettre à réfléchir. On parle pour différer indéfiniment le moment d’agir.

3 commentaires:

Aedman1 a dit…

c'&st très fort...

G.Q. a dit…

yes et c'est une très bonne revue

Pierre a dit…

C'est une bonne revue, quand le choix des articles est bon... Je pense notamment que l'article d'un certain Camille Trabendi (pseudonyme, bravo le courage) n'a rien à faire dans une revue qui cherche à être sérieuse. Les attaques personnelles, surtout traitées d'une telle manière, sont lamentables... vraiment dommage pour une revue souvent pertinente...